Previous Next

Et si on inversait la mobilité ?

mobilite-inversee

La mobilité inversée s’emploie à lutter contre l’isolement des personnes dites fragiles. Elle dessine également de nouvelles opportunités de dynamisation économique des territoires.

Faire ses courses, voir un médecin, remplir un formulaire administratif ou tout simplement se déplacer, relève parfois du défi pour une certaine tranche de la population. Les seniors, qui représentent aujourd’hui 15,6 millions d’habitants en France selon l’Insee, sont de loin les plus susceptibles de rencontrer des difficultés pour sortir de chez eux. Les handicapés, les parents en charge d’enfants sans moyen de locomotion ou toute personne à faible revenu peuvent également être condamnés à l’immobilité surtout si ces individus vivent en milieu rural ou périurbain. On parle de 7 millions de personnes avec des difficultés de mobilité. Pour remédier à ce cloisonnement involontaire, la mobilité inversée est une solution qui commence à faire ses preuves. Dans les campagnes, où près d’un tiers des 75 ans et plus vivent, rompre cet isolement est devenu une nécessité. Plusieurs expériences permettent désormais de rapprocher de son lieu de vie des services dans des domaines aussi variés que la médecine, les soins, le télétravail, la culture, les loisirs, les services administratifs ou l’alimentation.

Accéder à un réseau social de proximité

L’avènement des nouvelles technologies a ouvert la voie à des expériences inédites.  Notamment dans le domaine des services de proximité ou de l’aide à domicile. Des initiatives privées ont pris le relais des structures sociales publiques, créant aussi de nouveaux emplois. On assiste à la naissance d’une floraison de start-up dédiées à la mobilité inversée. C’est notamment le cas de Bip Pop, qui veut recréer des liens de proximité pour les personnes âgées, en situation de handicap ou plus globalement les personnes « empêchées ». L’objectif est de leur permettre d’accéder à un réseau d´entraide de proximité et à des services (livraisons de courses, visites de courtoisie…). Au moyen d’un site web et d’une application mobile, Bip Pop met en relation des personnes ayant besoin d’un service avec d’autres personnes proposant leurs services. « Cette application joue un rôle de maillage intergénérationnel de proximité : voisins bienveillants, amis, aidants familiaux, services médicaux et aides à la personne, services publics, bénévoles et commerces », affirme Anne Guenand la fondatrice.

Opportunité économique

Une des conséquences de l’essor de la mobilité inversée est l’évolution des services à la personne. Un professionnel pourra demain proposer un portage de repas, une aide aux soins du corps, mais aussi un accompagnement pour aller faire quelques courses, ou encore une formation à l’utilisation de certains outils numériques. « Cela ouvre un champ de possibilité énorme et cela représente une formidable opportunité économique », assure Victoria Tortosa, fondatrice de l’entreprise espagnole La Exclusiva, spécialisée dans la mobilité inversée. Chaque jour, avec son mari, une de ses camionnettes parcourt 250 kilomètres dans la campagne esseulée de Soria en Castille et Léon. Objectif : desservir les personnes isolées en leur apportant des produits alimentaires, des médicaments ou tout objet qu’on ne peut trouver près de chez eux. Créée en 2014, La Exclusiva livre déjà quelques 10 000 familles.  « Nous sommes plus que des livreurs de pain. Nous permettons de rompre l’isolement de toutes ces personnes éloignées en leur apportant les mêmes services que si elles vivaient dans une ville », assure Victoria Tortosa, qui tient à préciser que Soria est une des régions les moins peuplées d’Europe, avec 8 habitants par kilomètre carré. Le succès est tel qu’une centaine de personnes âgées ont délaissé leur maison de retraite pour rentrer chez eux, où désormais elles peuvent disposer d’un service à domicile pour le même prix que si elles achetaient directement chez le fournisseur. C’est en effet le commerçant qui assume le coût du transport. « Les vendeurs sortent gagnants car ils captent de nouveaux clients, ce qui permet de maintenir le commerce local », assure la gérante, qui reçoit les commandes de ses clients dispersés aux quatre coins de la région par téléphone, internet et même par WhatsApp !

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields