Previous Next

Le grand défi de la voiture électrique pour tous

voiture électrique

Encore anecdotique, le déploiement de la voiture électrique fait partie de la feuille de route des pouvoirs publics et des constructeurs automobiles.

Le tout-électrique sur les routes pour demain ? Il va falloir attendre encore quelques décennies pour que la flotte automobile des Français soit entièrement dépourvue de moteur à combustion. Toutefois, les ventes de ces nouvelles voitures ne cessent d’augmenter et les constructeurs sont sur les starting-blocks pour sortir de nouveaux modèles. Si l’an dernier, seulement 1 million de ces véhicules ont été vendus dans le monde, on estime que les ventes devraient dépasser les 30 millions en 2030, soit 28% du total des ventes de voitures, selon les derniers chiffres publiés par Bloomberg New Energy Finance (BNEF). Véritable pari écologique, ces véhicules doivent contribuer à réduire les émissions de CO2 responsables du changement climatique. Un objectif qui fait aujourd’hui partie des priorités des gouvernements européens. Ainsi, l’exécutif français vient de lancer une offensive d’envergure pour booster ce marché avec la présentation en mai dernier du nouveau contrat stratégique de la filière automobile pour 2018-2022.

Booster l’électrique en France

Il s’agit d’une feuille de route volontariste et ambitieuse dont le but est de faire entrer 150 000 entreprises et 800 000 salariés dans une nouvelle ère, celle du véhicule zéro émission et à conduite automatique. L’Etat et l’industrie aspirent à multiplier par 5, d’ici à 2022, le nombre de véhicules électriques neufs vendus en France chaque année. Le but est d’atteindre dans 4 ans, un total de 600 000 véhicules sur les routes de l’Hexagone, contre 139 000 aujourd’hui pour environ 35 millions de voitures en circulation en France. A cela s’ajoute l’ambition de dépasser les 400 000 véhicules à technologie hybride rechargeable dans le même délai (soit 10 fois plus qu’aujourd’hui). En 2022, le parc automobile devrait ainsi être composé d’1 million de véhicules à batterie rechargeable.

Pour relever ce défi, l’Etat va se doter d’un budget conséquent : 300 millions d’euros pour les infrastructures et le maintien, durant cinq ans, des incitations publiques comme la prime à la conversion et le système de bonus-malus. La première urgence consiste à étoffer le réseau des bornes de recharge sur la voie publique mais aussi dans les copropriétés. Si aujourd’hui, la France dispose de 22 000 bornes publiques et 137 000 privées (domicile et entreprise), le Ministère pour la Transition Ecologique et Solidaire prévoit d’en créer 100 000 autres accessibles au public dès 2022.

La disponibilité des bornes de recharge électrique est l’un des principaux freins au moment d’acheter un véhicule électrique. Les conducteurs considèrent qu’elles sont encore trop peu déployées sur le territoire. Autre critique soulevée par les potentiels acheteurs, celle qui concerne le temps de recharge de ces bornes, considéré comme trop long. Mais plusieurs constructeurs travaillent actuellement sur une technologie de batteries nouvelles générations qui se rechargeraient en 6 minutes pour une autonomie de 200 à 300 kilomètres. 

Changer les habitudes d’achat

L’autonomie reste l’autre grand frein au déploiement des voitures électriques. A l’exception de certains modèles comme Tesla, les batteries ne permettent pas de rouler plus de 600 km sans risquer la panne d’énergie. La voiture électrique est donc donc surtout avantageuse dans le cadre d’un usage urbain et extra-urbain. C’est ce que démontre le boom des véhicules en autopartage dans les grandes villes et notamment à Madrid. Rares sont en effet les usagers qui possèdent leur propre véhicule électrique. Selon l’Association européenne des constructeurs automobiles (ACEA), les voitures électriques ont représenté en 2017 seulement 1,5 % des ventes dans l’UE et les hybrides 2,9%.

Mais les constructeurs veulent changer les habitudes d’achat à long terme. Le groupe Volkswagen prévoit 20 milliards d’euros pour équiper ses marques de pas moins de 80 modèles 100% électrique d’ici à 2025. De son côté, Mercedes a lancé un label dédié à l’électrique. Près de dix modèles sous la marque EQ seront ainsi déployés par la marque premium allemande d’ici à 2022. En France, PSA qui privilégie la technologie hybride (80% de la gamme sera électrifiée à horizon 2022), prévoit également des voitures 100% électriques dès cette année à travers sa marque DS. Un nouveau modèle devrait même être présenté dans quelques jours au Mondial de l’automobile à Paris.

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields