Previous Next

Le nudge à l’assaut de la mobilité

Nudge RER

Une technique d’incitation de plus en plus souvent employée pour atténuer les problèmes de mobilité.

Au volant, vous apercevez au loin un passage piéton en lévitation au-dessus du bitume. Instinctivement vous ralentissez. Les bandes blanches rectangulaires sont en fait un trompe l’œil en trois dimensions. Vous ne le savez pas, mais vous venez de croiser un nudge.

Le nudge, c’est un coup de pouce, une incitation douce et non contraignante qui encourage à changer de comportement pour votre bien et/ou celui de la collectivité. Des éléments visuels ou sonores modifient, généralement de manière discrète, votre environnement. Car nous ne sommes pas seulement des êtres rationnels, nous sommes aussi gouvernés par nos émotions, nos habitudes et des automatismes inconscients. Nous n’y faisons pas particulièrement attention, mais ces nudges sont suffisamment visibles pour que notre cerveau puisse les percevoir, de manière consciente ou non.  Et la mobilité n’y échappe pas. « Il y a un intérêt grandissant pour le nudge dans le secteur du transport et pour résoudre les problématiques de mobilité, certifie Etienne Bressoud, directeur de la Nudge Unit de BVA. Nos collaborations augmentent de manière significative dans ce secteur. »

Le nudge au service de la sécurité routière

C’est notamment le cas pour la sécurité routière. Pour diminuer le nombre d’accidents sur la voie longeant le lac Michigan, en 2006, la ville de Chicago a dessiné des bandes blanches en travers de la route, plus proches les unes des autres à mesure que l’on avance sur la voie. Cette signalisation qui donne l’impression aux automobilistes que leur vitesse augmente, a suffi à les faire ralentir. Les accidents ont diminué de 36% sur ce tronçon. « Après, cela pose la question de l’habitude, tempère Etienne Bressoud. Une fois l’effet de surprise passé, ça peut ne plus avoir d’impact sur les automobilistes qui passent tous les jours dessus. Mais cela peut aussi les amener à prendre l’habitude de ralentir à cet endroit. Le nudge idéal, c’est celui que vous testez pendant un mois ou deux et en l’enlevant, le comportement perdure. »

En collaboration avec la sécurité routière, BVA a développé des nudges pour éradiquer l’envoi de SMS au volant, en créant par exemple un mode voiture sur le téléphone, identique au mode avion. Quand vous êtes appelé, votre téléphone ne sonne pas et envoie directement un SMS à votre interlocuteur en précisant : « Je suis au volant, je te rappelle plus tard ».

Nudger pour mieux réguler le trafic

Les problèmes de saturation et de retard dans les transports sont également une cible privilégiée des nudges. Singapour a ainsi mis en place des feux tricolores (rouge, orange, vert) qui vous indiquent avant même de descendre sur le quai si celui-ci est bondé ou non. Permettant une meilleure régulation du trafic et à l’usager de choisir une alternative. Dans d’autres cas, un panneau lumineux représentant des personnes dans une rame s’allume au fur et à mesure que cette dernière se remplit réellement.

Pour éviter les retards et les perturbations de trafic, différentes expérimentations de nudges ont été menées dans les transports collectifs. On ne s’en rend pas forcément compte mais la validation de son abonnement permet de mieux prévoir les flux et ainsi d’adapter l’offre de transport à la demande. Or cette validation n’est pas toujours effectuée. Afin d’inciter les usagers à le faire, BVA a eu l’idée, dans les bus, d’une tête en 3D placée juste au-dessus du valideur pour vous faire sentir observé. Pour le RER E, la SNCF a elle imaginé un dessin de dents sur les portes pour donner l’impression aux utilisateurs qu’ils pourraient se faire mordre quand elles se referment. Car les retards des rames sont souvent causés par l’engouffrement tardif d’un voyageur qui bloque une porte.

Le parfait complément des politiques de mobilité ?

Fluidifier le trafic aux heures de pointe, développer le tourisme durable… le nudge tente de plus en plus de répondre aux problématiques de mobilité et séduit les pouvoirs publics. Car la mise en place d’un nudge est peu chère et s’appuie sur des infrastructures déjà existantes. « Ce qui est radicalement nouveau c’est que les pouvoirs publics commencent à tester des nudges avant de mettre en œuvre une nouvelle politique publique, se réjouit Edouard Bressoud. Certains pensent que le nudge c’est prendre le problème par le petit bout de la lorgnette en changeant des petits comportements individuels. Ils estiment que les problèmes de mobilité devraient être traités par des politiques étatiques. Je pense au contraire que les deux sont complémentaires. Le nudge permet de rendre les politiques publiques plus efficaces. »

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields