Previous Next

Les territoires innovent pour la mobilité rurale

mobilite-rurale

Les zones rurales imaginent de nouvelles solutions de mobilité partagée, encouragées par le ministère des transports.

C’est le cas de Louviers, commune de 18 000 habitants située en Normandie, où la rue à sens unique permettant l’accès au collège et à l’école primaire était chaque matin plus engorgée. En cherchant une solution pour délester le trafic, l’agglomération de Seine-Eure a ouvert la voie à une mobilité douce pour le ramassage scolaire des élèves du primaire. Ils se sont tournés vers un drôle d’engin nommé S’cool bus : un vélo collectif de 8 places qui permet d’aller chercher les enfants chez eux chaque matin en parcourant les quelques kilomètres qui les séparent de leur établissement scolaire. Depuis ses débuts en 2017, le projet a beaucoup évolué. Plus de 50% des 170 enfants de l’école de Louviers sont désormais inscrits à ce programme de ramassage gratuit. L’association est devenue une entreprise de 12 salariés qui desservent 5 nouvelles communes. La récente obtention du label France Mobilités devrait permettre à cette solution écologique et ludique de faire des émules ailleurs sur le territoire.

Encourager l’innovation dans les zones rurales

La voiture individuelle est aujourd’hui encore l’unique moyen de se déplacer dans les zones péri-urbaines ou peu denses. Pour tenter de diversifier cette offre et répondre aux besoins de mobilité des personnes non motorisées, la Loi d’Orientation des Mobilités devrait donner aux collectivités locales des prérogatives inédites en matière d’organisation et de financement de services de mobilité. Pour accompagner cette dynamique, le ministère des transports – sous la bannière France Mobilités – a lancé un appel à projet. La démarche entend mobiliser les collectivités et les aider à déployer de nouvelles réponses :  covoiturage, véhicules en libre-service, auto-stop 2.0…

Dépasser l’auto-solisme

L’initiative du Pays du Lunévillois -159 communes et 80 000 habitants au Sud-Est de la Meurthe et Moselle- à elle aussi rejoint les projets salués par France Mobilités. Sur ce territoire peu dense, à la population plutôt âgée, les solutions de déplacement se résument à deux lignes de bus et une centrale de réservation de transport à la demande. Alors entre deux gares, les habitants se disent prêts à collaborer, si l’on en croit les compte-rendu des ateliers « mobilité » organisés pour mieux comprendre les besoins quotidiens des habitants. Parmi les solutions retenues dans le cadre de l’appel à projet, le covoiturage domicile-travail représente le premier pilier. Son objectif ? Favoriser l’accès à l’emploi et à la formation en offrant une alternative à la voiture individuelle. Car pour Hervé Bertrand, Président du Pays du Lunévillois « éviter l’auto-solisme est un challenge que nous devons relever ». Pour cela, le syndicat mixte a décidé de s’appuyer sur le leader français du covoiturage domicile-travail, la start-up Klaxit. La jeune pousse s’appuie sur les entreprises locales, la Manufacture de Baccarat, le centre hospitalier de Lunéville ou encore les grandes surfaces pour faire des employeurs des ambassadeurs du service auprès de leurs collaborateurs.

Outre le « réenchantement des trajets quotidiens » promis par la plateforme, le critère économique semble le plus séduisant, tant les économies sont réelles. En effet, sur ces territoires ruraux, il n’est pas rare d’être éloigné de 30 à 40 Km de son lieu de travail. Sachant qu’un covoitureur partage les frais à hauteur de 10 cents du Km, un trajet domicile-travail peut représenter jusqu’à 8€ jour de défraiement pour le propriétaire d’une voiture. Mais la collectivité s’engage à atténuer ces coûts pour les passagers afin d’encourager cette nouvelle pratique. Ainsi, grâce à la contribution « versement transport » qu’elle perçoit des entreprises, elle va subventionner les trajets effectués en covoiturage via la plateforme Klaxit pour qu’ils ne représentent pour le passager qu’un coût d’un euro par trajet jusqu’à 40 Km.

Le projet Grand Est Mobilis comme des dizaines d’autres projets soutenus par France Mobilités vont ainsi participer à réinventer la mobilité rurale. En parallèle, l’Etat a également mis sur pied une plateforme collaborative qui recense ces initiatives locales pour mettre en contact les porteurs de projet et faciliter le déploiement de ces nouvelles solutions.

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields