Previous Next

Voyage au cœur de la mobilité

Vous vous rappelez la dernière fois que vous avez utilisé une carte routière ? Cet objet difficile à lire et impossible à replier…

En 20 ans, la Silicon Valley a bouleversé notre façon de nous déplacer. Aujourd’hui, Google Maps nous conseille le mode de transport le plus approprié, l’application mobile Waze indique l’itinéraire à suivre en fonction de l’état du trafic et BlaBlaCar permet de partager nos véhicules pour réduire les coûts des trajets.

Le numérique a révolutionné notre mobilité. Les changements économiques aussi. En effet, les emplois se concentrent dans les centres urbains en s’éloignant de nos domiciles. Nous nous déplaçons plus, pour aller plus loin et plus vite.

Cette accélération de nos allées et venues fait naître de nouveaux défis. Engorgements des grandes villes, isolement des campagnes, augmentation des coûts de transport, impact écologique… Autant de répercussions que les nouvelles technologies vont nous aider à atténuer.

Citoyens, entreprises et collectivités, nous sommes en train de dessiner une nouvelle approche de la mobilité : intelligente, partagée et respectueuse des ressources.

Itinéraire de la mobilité

Le XXe siècle a connu l’avènement de l’automobile comme principal mode de déplacement. La mission de l’Etat se résumait alors à mettre en place de grandes infrastructures comme le métro et le bus dans les grandes villes et déployer le réseau routier sur l’ensemble du territoire. En France, les autoroutes sont ainsi passées de 5 000 km en 1980 à près de 12 000 Km en 2018. Notre attrait pour l’habitat pavillonnaire aux abords des villes a, lui aussi, contribué à renforcer la domination du tout-voiture. Alors, de chocs pétroliers en crises financières, l’essence est devenue de plus en plus chère. La part du budget de transport dans les familles a progressivement augmenté pour atteindre 18% aujourd’hui contre 10% en 1960.

Mobilité 3.0

A l’augmentation du coût de transport s’ajoute une prise de conscience écologique qui ont agi comme des déclencheurs. Cet éveil nous incite à repenser nos modes de consommation et de déplacement avec l’appui des nouvelles technologies.

Grâce à la collecte des données de nos usages et à la puissance de calcul qu’offre le numérique, les collectivités locales, start-up et entreprises de transport sont en mesure de prendre des décisions plus efficaces qui prennent en compte nos besoins spécifiques.

Vers la convergence des transports

Nous pourrons bientôt combiner différents modes de déplacement de manière fluide, où que l’on soit. Par exemple, partir de chez soi avec un vélo en libre-service, puis monter dans un train express régional, avant de traverser le centre-ville en tramway. La réservation et le paiement seront réalisés à travers une même application mobile. C’est la révolution qui s’opère, celle d’une prise en charge globale de la mobilité, du point de départ au point d’arrivée. 

Cette nouvelle offre de services de mobilité devrait lentement amener les Français à se détacher du tout-voiture. Dans un article sur les mobilités émergentes, Olivier Razemon rapporte que « 18 %* des Français souhaitent utiliser la voiture de temps en temps, soit en la partageant, soit en la louant pour une longue durée, soit par l’intermédiaire des formules alternatives – taxi, covoiturage ou autopartage », en fonction de leurs besoins.

 

Comment la mobilité s’adapte-t-elle à nos nouveaux modes de vie ?

Faciliter nos déplacements revient à améliorer considérablement notre quotidien en réduisant le temps passé dans les transports, le coût et l’incertitude qu’ils génèrent. Pour relever le défi d’une mobilité intelligente et partagée, les fournisseurs de service vont devoir répondre à plusieurs enjeux majeurs.

Santander, la ville la plus connectée d’Europe

Comment faciliter l’accès à l’information des usagers ? Offrir une information pertinente en temps réel dans un contexte de mobilité est capital pour favoriser l’adoption de nouveaux modes de transport. A Santander dans le nord de l’Espagne, la ville a créé une application de réalité augmentée. Cette App permet à toute personne de pointer son Smartphone vers une rue de la ville pour visualiser les arrêts d’autobus disponibles à proximité, les lignes qui s’y arrêtent, le délai avant le passage du prochain bus et la distance exacte à laquelle il se trouve.

La Rochelle, pionnière de la mobilité intelligente

Comment décongestionner les centres-villes ? Les habitudes ne se changent pas si facilement. Inciter les automobilistes à abandonner temporairement leur véhicule pour utiliser les transports en commun exige un service parfaitement orchestré. La ville de La Rochelle a relevé le défi. Trois parking relais gratuits situés en périphérie permettent de garer son véhicule et d’emprunter un bus pour rejoindre le centre-ville. C’est l’assurance de trouver facilement une place de parking pour le prix d’un simple ticket de bus.

Gommer les disparités

Mais les disparités territoriales sont grandes. Si le numérique a révolutionné les usages en faisant émerger de nouveaux acteurs privés et de nouvelles pratiques de mutualisation comme Uber et Blablacar, cet enthousiasme technologique n’est pas partagé par tous.  En France, 20% des personnes en âge de travailler rencontrent des difficultés de déplacement. Cela concerne davantage les habitants des zones rurales qui bénéficient de peu d’offres de transport et ne peuvent pas toujours en assumer le coût. Au-delà de l’innovation technique, la mobilité représente désormais un enjeu de société pour créer les conditions d’une égalité territoriale dans notre nouvelle société mobile.

*Etude « Observatoire des mobilités émergentes » menée par les cabinets de conseil ObSoCo et Chronos.

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields