Previous Next

Charlotte de Vilmorin, roulez jeunesse !

07.12.2018

En fauteuil roulant depuis sa naissance, Charlotte de Vilmorin a fondé la société Wheeliz, première plateforme internet de location de voitures aménagées pour les personnes à mobilité réduite.

Selon l’adage, tous les chemins mènent à Rome. Demandez pourtant aux personnes à mobilité réduite quand la plupart d’entre elles éprouvent les pires difficultés à sortir de chez elles. Un emprisonnement subi que contribue à réduire Wheeliz, une start-up créée en 2015 pour faciliter la location entre particuliers de voitures adaptées au handicap (équipées d’une rampe d’accès pour fauteuils roulants ou munies d’un poste de conduite avec frein et accélérateur au volant). Sur le même principe que Drivy ou OuiCar, le propriétaire d’une voiture aménagée peut ainsi louer sa voiture quand il ne s’en sert pas.

A l’origine du concept : Charlotte de Vilmorin. Cette dynamique Parisienne de 28 ans n’a jamais marché. La faute à une maladie génétique dont elle préfère ne pas parler. « Elle a un nom bizarre qui ne va rien dire à personne », glisse-t-elle dans un sourire, qui rappelle sa devise fétiche : « On n’est pas responsable de la tête qu’on a, mais on est responsable de la gueule qu’on fait. » Un état d’esprit qu’elle doit en grande partie à des parents qui refusent de la traiter différemment de son frère et sa sœur valides et qui se sont battus pour qu’elle accède à une scolarité normale. « être perçue comme tout le monde a été quelque chose d’ultra-déterminant dans ma vie », assure-t-elle d’une voix aussi fluette que sa silhouette. Si cela lui permet d’effectuer de brillantes études (prépa littéraire, études de communication au CELSA) et de décrocher un emploi dans une agence de publicité, elle n’échappe pas pour autant aux obstacles rencontrés quand on se déplace en fauteuil.

Naissance d’un concept inédit

C’est d’ailleurs suite à un énième déboire que l’idée de créer Wheeliz germe. A l’été 2014, Charlotte de Vilmorin doit se rendre dans les Bouches-du-Rhône pour le mariage d’une amie. Nous sommes le weed-end du 15 août et hors de question d’effectuer l’interminable aller-retour en voiture. La solution la plus pratique reste alors de prendre le train jusqu’à Marseille et de finir le trajet en voiture. Mais impossible de louer une voiture adaptée dans le secteur. Pas de noces donc pour Charlotte. « Je me suis dit c’est vraiment trop bête, je suis sûre qu’il y a quelqu’un qui a une voiture aménagée dans le coin. Ça a été le déclic », raconte la jeune femme à l’optimisme forcené.

Un succès immédiat

Quatre mois plus tard, elle lance une campagne de crowdfunding pour financer Wheeliz. En une semaine elle dépasse son plafond de 15 000 euros et collecte en tout 22 000 euros. Un succès qu’elle doit à son blog Wheelcome.net, qu’elle commence à écrire en novembre 2012 et dans lequel elle raconte avec une autodérision et un humour décapants les galères quotidiennes d’une personne en fauteuil roulant. « Il a eu un rôle très important dans mon aventure entrepreneuriale car j’ai reçu beaucoup de témoignages de gens qui vivaient les mêmes situations que moi. » De nombreux donateurs sont ainsi des lecteurs du blog : « Une dame m’a par exemple écrit pour me remercier car elle habitait à la campagne et cela faisait trois ans qu’elle n’était pas sortie de chez elle. » Ces futurs locataires ou propriétaires de voitures adaptées permettent dès le départ à Wheeliz d’avoir une base clients importante.

Un public inattendu

Aujourd’hui la plateforme créée par Charlotte de Vilmorin compte 8500 inscrits. Un chiffre en constante augmentation. « On n’imaginait pas que plus de la moitié de nos locations serait pour des personnes âgées. Beaucoup se retrouvent en fauteuil et sont bloquées chez elles ou en maison de retraite. Les familles louent des voitures pour pouvoir les emmener à un anniversaire, en week-end… » Pensée à l’origine pour être une plateforme de particuliers à particuliers, Wheeliz s’appuie aussi aujourd’hui sur de nombreuses associations, entreprises, collectivités… qui possèdent des voitures aménagées dont elles ne se servent pas le week-end. Le parc automobile de Wheeliz compte ainsi de 850 véhicules. Et couvre tout le territoire, contrairement aux agences de location professionnelles, implantées seulement dans les grandes villes. « L’économie collaborative a vraiment du sens appliquée aux problématiques comme celles-ci car cela permet de trouver des voitures aménagées partout et pour trois fois moins cher. » Le prix moyen d’une location chez Wheeliz est de 65 euros par jour, assurance tous risques comprise.

Avec Wheeliz, Charlotte de Vilmorin est une pionnière. Début 2016, la commission européenne lui décerne d’ailleurs le prix du meilleur projet d’innovation sociale en Europe. Et forcément les envies d’expansion à l’étranger bourgeonnent. « On a beaucoup de sollicitations mais avant de faire le grand saut on veut d’abord être solide en France », tempère la fondatrice, qui rêve que la conduite autonome voit le jour « pour permettre à beaucoup de gens de retrouver la liberté ».

 

Novembre 2012 : Lancement de son blog, Wheelcome.net

Mars 2015 : parution de son livre : « Ne dites pas à ma mère que je suis handicapée, elle me croit trapéziste dans un cirque » (Grasset).

Mai 2015 : Lancement de Wheeliz.

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields