Previous Next

La mobilité douce débarque en entreprise

Incitations financières, flottes de vélos ou de trottinettes électriques… les entreprises multiplient les initiatives pour encourager les salariés à adopter des alternatives à la voiture.

Selon l’INSEE, un salarié sur deux travaille à moins de 8 kilomètres de chez lui. Mais dans 70% des cas, ce trajet est parcouru en voiture et dure en moyenne… 32 minutes ! Si au sein des entreprises, la voiture de société reste encore la solution de transport la plus encouragée en raison des avantages économiques qu’elle offre, les choses commencent à évoluer. Notamment depuis la mise en place du Plan de mobilité (PDM) qui favorise l’usage des modes de transport alternatifs à la voiture individuelle, désormais obligatoire pour les entreprises de plus de 100 salariés. En France, 7 personnes sur 10 se disent prêtes à utiliser une alternative à la voiture et 84% jugent que les nouveaux moyens de transport électriques (micromobilité) permettent de gagner du temps.

Du ticket restaurant au titre mobilité

Pour encourager l’adoption des mobilités douces, les entreprises s’appuient notamment sur des incitations financières. Le projet de loi d’orientation des mobilités (LOM) vient ainsi d’instaurer le forfait mobilité durable qui remplacera à partir de janvier 2020, l’indemnité kilométrique vélo (IKV). Exonéré de cotisations sociales et d’impôts sur le revenu, il permet aux employeurs de verser jusqu’à 400 euros par an à leurs salariés venant au travail à vélo. Soit 200€ de plus qu’avec l’IKV et qui s’étend aux autres modes de mobilité partagée. Sur le modèle du ticket restaurant, un titre mobilité pourra également être délivré aux salariés des entreprises et sera utilisable dans les magasins de vélo, les plateformes de location de trottinettes, vélos électriques etc.

Inciter à pédaler

Pour encourager la mobilité douce, la société Ankama, qui possède quatre sites de travail à Roubaix dans un périmètre de 2 kilomètres, a mis en place un garage à vélos sécurisé, des douches, des casiers et un vestiaire pour les « vélotafeurs » – ces salariés qui choisissent de venir travailler à vélo ou se déplacent en deux roues, d’un site à l’autre de l’entreprise.

La société Mobility Tech Green met à disposition des entreprises un service de flotte de vélos électriques en libre-service, bornes de recharge comprises. Les salariés peuvent les utiliser pour leurs trajets domicile-travail, pour se rendre à leurs rendez-vous professionnels ou pour aller déjeuner en ville. Ils ont également la possibilité de réserver un vélo pour leurs déplacements personnels le soir et le week-end, moyennant un coût réduit.

Micromobilité électrique

Chez Danone et Orangina-Schweppes, on a opté pour la trottinette électrique en libre-service. Sous contrat avec la société Mobistreet, la marque de boissons dépense un peu plus de 500€ par mois pour les proposer gratuitement à ses employés. Garées sur des bornes rechargeables, elles sont accessibles aux salariés dans les locaux de l’entreprise, qui les réservent et les retirent via une application sur smartphone. Avec des locaux situés à 15 minutes à pied du métro, cette solution de micromobilité est un plus indéniable. Les salariés peuvent rentrer chez eux avec et sont bien sûr assurés. Gain de temps, moyen d’attirer et de fidéliser ses salariés… La mobilité douce offre de nombreux avantages et semble avoir de beaux jours devant elle auprès des salariés.

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields