Previous Next

Se déplacer sous la neige : les astuces de Montréal

Chaque hiver, le scénario est le même : quelques flocons de neige et le périphérique parisien se transforme en chaos. Mais comment font nos cousins canadiens, eux qui doivent affronter un climat hostile six mois par an ? Petit tour d’horizon des astuces des Montréalais.

Son premier hiver canadien, Barbara s’en souvient encore : « Mes collègues mont tout de suite emmenée faire les courses ! Une couverture, une bouteille deau, de quoi manger, et surtout, une bouteille de lave-glace anti-gel ! Maintenant je le sais, jen ai toujours une davance dans ma voiture. Car en cas de pluie verglaçante, les essuie-glaces ne servent à rien. » Le kit indispensable pour tout automobiliste qui pourrait se retrouver coincé dans sa voiture par jour de tempête. Cette Française de 30 ans s’apprête à affronter son cinquième hiver à Montréal. « Ici, lhiver est surtout très long. De novembre à mars, le mercure tourne autour des -10 degrés. Mais les températures peuvent descendre jusqu’à -35 ! ». La neige et les pluies verglaçantes font partie du quotidien et les Canadiens n’arrêtent pas pour autant de se déplacer. Quels sont leurs secrets ?

Les moteurs de voiture chauffés automatiquement

L’équipement est primordial : les pneus neige sont même obligatoires du 1er décembre au 15 mars. Dans chaque voiture, on trouve une brosse pour déneiger le toit et ne pas gêner les autres conducteurs. Il est d’ailleurs interdit de circuler dans une « voiture igloo », comprenez, un véhicule qui n’aurait pas été entièrement déneigé. Les moteurs, eux, sont équipés d’un appareil électrique qui chauffe automatiquement le moteur trois heures avant le démarrage matinal. Même le carburant est adapté pour supporter le gel. « Mais ce qui ma le plus marqué, cest la solidarité des Montréalais face à un climat qui peut être franchement hostile. Ils covoiturent beaucoup pour aller au travail ou emmener les enfants à l’école par exemple », ajoute Barbara.

Abribus complètement fermés

Et les automobilistes ne sont pas les seuls à s’adapter. Pour permettre aux usagers des transports en commun d’affronter le froid, les abribus sont fermés. A partir du 15 novembre, chaque année, les 1800 bus de la STM sont équipés de pneus neufs avec traction arrière. Mais la clé de la fluidité du réseau, c’est le déneigement. Chaque hiver, il peut tomber deux mètres de neige en cumulé. 400 déneigeuses sillonnent routes et trottoirs de Montréal pour assurer la sécurité des voitures, des piétons et des cyclistes.

Pneus de vélo adaptés aux différents types de chaussées

Car la neige n’empêche pas les Canadiens d’enfourcher leur vélo. Le secret ? Accumuler les couches, pour être mieux isolé du froid et pouvoir s’adapter aux variations de température. L’association Vélo Quebec dispense aussi de précieux conseils sur son site Internet pour rouler durant les quatre saisons. Pneus cloutés sur chaussée glissante, pneus de cyclocross, plus fins, capables de « fendre la neige» ou encore pneus de montagne à crampons, parfaits quand la route est mouillée. Les équipements sont adaptés à toutes les situations. Et pour profiter de longues balades, rien de tel que le fatbike, ou en québécois « vélo à pneus surdimensionnés ». Ses pneus extra-larges sont gonflés à une pression très basse pour une meilleure adhérence.

Un réseau de tunnels souterrains pour les piétons

Les piétons les plus frileux, eux, peuvent passer l’hiver… sous terre ! C’est d’ailleurs à Montréal que l’on trouve le plus vaste réseau souterrain du monde. Depuis les années 60, le RéSO permet de sillonner la ville sans mettre le nez dehors : un enchevêtrement de 33 kilomètres de tunnels reliant immeubles de bureaux, logements, restaurants et universités. On y trouve d’ailleurs 12% des commerces du centre-ville. Ce mode de vie est aujourd’hui ancré dans les habitudes des Montréalais. Ils sont chaque jour plus de 500 000 à emprunter ces couloirs. Mais pour Barbara, le charme de Montréal en hiver est plutôt à l’air libre : « Le paysage se transforme : on peut patiner sur les lacs, les parcs se transforment en pistes de ski de fond ! J’en ai profité pour m’initier aux raquettes. » Le Mont Royal, la montagne qui domine Montréal, possède ainsi 22 pistes de ski. Si elle est parfois une contrainte, la neige peut faire de nos déplacements des moments originaux et plaisants.

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields