Previous Next

Demain, votre voiture vous fera du bien !

A l’occasion de l’Innovation Day organisé par PSA Peugeot Citroën sur le sujet « Sensations et bien-être », j’ai rencontré Sylvie Le Tadic, chargée de la prospective sociétale au sein de ce Groupe. Sylvie a travaillé main dans la main avec les équipes de Recherche et d’Ingénierie Avancée pour élaborer le démonstrateur polysensoriel Chrysalide. Nous avons discuté du lien entre bien-être et automobile et de cette voiture du futur qui fera du bien à ses passagers.

Le bien-être n’est pas un phénomène de mode

La préoccupation pour le bien-être est de plus en plus présente dans notre vie quotidienne. Et pour cause : l’espérance de vie progresse régulièrement dans les pays occidentaux comme dans les pays émergents. La santé est l’un des postes principaux de dépenses des Français, et ce depuis des années. L’intérêt manifeste pour la santé et le bien-être est donc loin d’être un phénomène de mode.
En effet, si nous vivons de plus en plus vieux, encore faut-il profiter pleinement de ces années de vie que nous avons gagnées sur nos ancêtres. « Vivre plus vieux oui, mais l’important est surtout de vivre mieux », résume Sylvie Le Tadic. Et ce n’est pas une mince affaire dans une société au rythme effréné. Un monde dans lequel il faut être toujours plus performant. Nous  cherchons également à rester physiquement et mentalement « jeune » et à nous épanouir au travail comme dans notre vie privée. La nécessité d’un contrepoids à toute cette hyperactivité s’impose. Et c’est là tout l’enjeu du bien-être : se faire masser, pratiquer le yoga ou la zumba, manger équilibré, suivre les kilomètres que l’on a courus sur une appli, … autant de choses qui ne seraient pas forcément venues à l’esprit de nos aïeux mais font partie de notre nouveau quotidien. En effet, pour être « au top », il faut savoir prendre soin de soi. Cette tendance se traduit dans tous les aspects de notre vie, et la voiture de demain devra s’adapter aux attentes qui en découlent.

Le bien-être est l’opportunité d’un nouveau terrain d’expression pour l’automobile

Cette voiture qui fait du bien est aussi l’opportunité pour les constructeurs de recréer une complicité entre le conducteur et son véhicule. Le plaisir de conduire évolue avec les changement du contexte routier (les embouteillages par exemple) et des législations encadrant la conduite.
En parallèle, la société dans son ensemble est dans une période de transition d’un imaginaire mécanique vers un imaginaire numérique. Tous les aspects de notre vie sont touchées par cette mutation et la vision que nous avons de la voiture s’en trouve également modifiée. L’heure est maintenant à la fluidité, l’agilité et la réactivité. Les écrans ont trouvé leur place dans les habitacles. Notre voiture est désormais connectée à notre smartphone. C’est dans cette mouvance que le bien-être est l’opportunité d’un nouveau terrain d’expression pour l’automobile. L’habitacle d’une voiture est un sas, un espace déjà équipé qui peut être exploité pour proposer aux passagers de nouvelles expériences de bien-être.
Mais comment définir le bien-être ? C’est une notion très personnelle, composée de nombreuses facettes. C’est par exemple la douceur, la zenitude et le calme. C’est aussi la vitalité, l’adrénaline et la résistance. Ce sont ces deux aspects du bien-être qui se retrouvent dans les deux programmes, l’un relaxant, l’autre énergisant, présentés dans le démonstrateur Chrysalide. En permettant au véhicule d’apporter ces nouvelles expériences à ses passagers, on réintroduit entre l’humain et sa machine une connivence qui avait tendance à se perdre.

Transformer les trajets quotidiens en une expérience de bien-être personnalisée

L’industrie automobile devra donc satisfaire ces profonds changements sociétaux. Comme me l’explique Sylvie Le Tadic : « Il est important de ne pas se poser en résistance face au changement ». Et de nombreuses évolutions liées au bien-être se profilent dans le futur proche de l’automobile !
L’arrivée dans nos garages de véhicules autonomes en est l’exemple parfait. Conduire est un plaisir mais les trajets quotidiens, pour se rendre au travail notamment, sont bien souvent vécus comme une perte de temps. Ces futures voitures guidées par leur ordinateur intégré et connectées entre elles pour échanger des informations changeront bientôt notre façon d’aborder les trajets quotidiens. Aujourd’hui, les lois internationales stipulent que les conducteurs doivent garder les mains sur le volant pour être prêts à réagir en cas de problème. Cependant, les réglementations sont vouées à évoluer en même temps que la technologie : la Google Car, voiture autonome de Google, est par exemple déjà autorisée à rouler dans trois Etats aux USA : la Californie, le Nevada et la Floride.
Notre véhicule autonome détectera peut-être bientôt notre humeur grâce à des capteurs reconnaissant les émotions. Il n’aura ensuite plus qu’à lancer le programme polysensoriel adapté pour transformer le chemin du travail en une expérience de bien-être personnalisée.

La meilleure façon de créer le futur de l’automobile est encore de l’imaginer ensemble ! Quelles fonctions liées au bien-être voudriez-vous avoir dans votre voiture du futur ?

Share this article
#

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields