Previous Next

La démarche créative en design automobile

Deuxième épisode de la série : créativité et monde automobile. Après un entretien avec Thierry Metroz, c’est Athanassios Tubidis, styliste Peugeot, qui a notamment créé la BB1 qui m’a parlé de son métier. Je lui ai posé une question simple et infinie : comment est-on créatif dans un espace clos (la voiture ici, mais j’aurais pu poser la même question à un designer de cuisine Ikea) ?

« Mon travail est de créer, d’être inventif. La base ne change pas : c’est un espace délimité, avec des roues dans lequel on est assis. La voiture comme un objet roulant, c’est un environnement, certes confiné, mais un environnement où de nombreuses expériences sont possibles. Mon point de départ, c’est toujours d’avoir une vision synthétique de l’ensemble des objets qui composent cet espace. Le résultat de ma création, c’est la rencontre de toutes ces expériences et de cet environnement confiné. »

Fusion des émotions & des expériences

Le point de départ de ma créativité, mais aussi son point d’arrivée, c’est la fusion entre les usages – communs à tous dans un véhicule, et les émotions individuelles – particulières çà chacun, que l’objet nous procure.

Athanassios me fait prendre conscience de certains comportements que nous avons quand nous sommes en voiture : c’est vrai qu’en fait, je navigue perpétuellement de l’intérieur vers l’extérieur et vice versa. En reconnaissant une chanson à la radio, je pars dans un souvenir qui m’emmène très loin du feu auquel je suis en fait arrêtée. Je suis à l’extérieur et pourtant je vis une expérience très personnelle, et unique.

Parce qu’en fait, une voiture, c’est presque un avatar : je me suis reconnue dans un modèle et j’en ai choisi les matières, les couleurs, les odeurs. Du coup, le rôle d’Athanassios, c’est de réussir à trouver ce point d’équilibre entre l’intimité la plus profonde de l’utilisateur, son imaginaire ; mais aussi les usages qu’il va faire de cet environnement – qui sont eux, communs à tous ! « être créatif dans un espace confiné, c’est imaginer un environnement propre à chacun, tout en restant universel, intemporel mais dans l’ère du temps ! Mon rôle c’est de permettre à chacun d’imprégner ses émotions, ses expériences particulières dans un espace confiné, un environnement dont les usages sont définis à l’avance. »

Cet échange avec Athanassios m’a fait penser au roman d’Emma Donoghue : Room. Une des forces du roman est de montrer que les émotions que l’on projette sur un objet sont au moins aussi importantes que les usages pratiques que l’on en fait. Et ce roman qui met si bien en avant l’importance de l’intime, de l’expérience sur un objet me fait m’interroger sur la capacité d’un autolib, par exemple, à remplacer une voiture, qui n’est pas qu’un objet, mais aussi un espace intime qui me permet de me déplacer au sein d’un espace public.

Pensez-vous que la créativité peut être un des leviers de changement de comportement ?

 

Antonia Krpina

Share this article
#

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields