Previous Next

Guillaume Arthuis, branché vélo

24.01.2020

Avec sa boutique en ligne, A Bicyclette Paulette, Guillaume Arthuis entend faire du kit électrique pour vélos, la mobilité de demain. Surtout en ville, où la solution qu’il commercialise est moins onéreuse, moins polluante et moins stressante que tout autre type de moyen de transport.

Pour le nom de sa société, Guillaume Arthuis a voulu « faire un gros clin d’œil » à la chanson d’Yves Montand « A Bicyclette » qui « rappelle de bons souvenirs à tout le monde ». Car avec A Bicyclette Paulette, sa boutique en ligne qui vend des kits électriques (batterie + roue avec moteur) à installer sur votre vélo, ce Parisien de naissance est persuadé d’être parti sur le bon chemin. Celui de la mobilité du futur.

« En ville, c’est le meilleur moyen de se déplacer »

Que ce soit d’un point de vue pratique, financier ou écologique. « En ville, je suis persuadé que c’est la solution d’avenir et le meilleur moyen de se déplacer », affirme avec un sourire radieux, le jeune homme de 30 ans. « C’est moins cher qu’un vélo électrique et le kit permet de redonner une nouvelle vie à votre vélo. Surtout on s’affranchit des contraintes qu’on peut avoir en voiture ou en transports en commun : plus de bouchons, de problèmes pour se garer, aucune contrainte horaire, on ne crée plus de pollution tout en faisant du sport et c’est plus rapide. L’idée, c’est vraiment de se déplacer dans un état d’esprit plus positif et moins stressant qu’avec les moyens de transport traditionnels. »

Passionné de VTT et de bricolage

Devenu « ambassadeur de ce nouveau moyen de déplacement », cet auto-entrepreneur, qui « essaie de prêcher la bonne parole autour de lui et d’y convertir les gens », a lancé A Bicyclette Paulette à la mi-octobre. Le fruit d’une envie et d’une réflexion bien plus ancienne pour ce passionné de VTT. « Depuis tout petit, j’adore pratiquer ce sport et faire des sorties en pleine nature. Adolescent, quand mes amis jouaient à la console, moi je passais des heures dans ma cave à bricoler mes VTT, changer des pièces, les perfectionner. J’investissais même l’argent de mes premiers boulots là-dedans », explique Guillaume Arthuis. Il en fera même pendant un temps son métier, comme vendeur et réparateur de cycles. Mais son projet naîtra aussi d’un besoin. Lassé par la fatigue et la transpiration causées par ses 20 kilomètres quotidiens à vélo pour se rendre à son travail, le résident de Nogent-sur-Marne « cherche un moyen pour passer à l’électrique tout en gardant (ses) vélos auxquels (il est) très attaché. »

90% des vélos existants sont compatibles

Il y a 4 ans, il découvre et se convertit alors au kit électrique pour vélos. Mais « trouve les produits du marché trop complexes ». Alors quand l’entreprise d’escalade pour laquelle il travaille est rachetée il y a un an et demi, Guillaume Arthuis saute le pas, pour « proposer une offre de kits universels, la plus simple possible, accessible et compréhensible du grand public. » A Bicyclette Paulette commercialise donc deux kits, constitués d’une roue avec moteur intégré et d’une batterie, ayant une autonomie de 40 ou 70 kilomètres selon le modèle. Mais là où le jeune homme se différencie de la concurrence, c’est que ses deux kits sont compatibles avec 90% des vélos existants ! Et qu’ils sont aussi beaucoup plus faciles à monter. En 30 minutes l’affaire peut être bouclée. « Trouver le bon fournisseur, le kit le plus universel possible et la solution de montage la plus simple, c’est ce qui m’a pris le plus de temps. On ne voulait pas s’éparpiller à proposer 10 000 kits. »

Montage et réparation des kits à domicile

Sur sa boutique en ligne, le fervent promoteur du kit électrique pour vélos propose même des tutoriels pour faciliter le montage aux clients qui voudraient s’y atteler tout seul. Mieux, pour les autres, il a noué un partenariat avec une société qui se déplace à domicile pour l’installer ou les réparer. Car plus qu’une simple boutique en ligne, A Bicyclette Paulette entend « créer une communauté autour du kit électrique et conseiller les clients pour qu’ils aient toutes les clés en main. »

« Le scooter de demain »

Avec l’ambition d’être totalement opérationnel pour le mois de mars prochain, « le pic d’activité des ventes de vélos », Guillaume Arthuis concentre pour le moment la majeure partie de son énergie à communiquer sur une solution de mobilité encore méconnue, pour toucher les particuliers avant de démarcher les CE des entreprises pour équiper leurs collaborateurs. « On n’est encore qu’aux prémices du kit électrique et il n’y a pas encore beaucoup d’acteurs par rapport au potentiel du marché qui est énorme, mais c’est un moyen de déplacement qui j’espère va prendre de plus en plus d’ampleur dans les grandes villes. C’est le scooter de demain. » Le coût et la pollution en moins.

Share this article

There are no comments.

Add a comment

*Mandatory fields